Musique

Dans le désert, on peut vous entendre crier…

28 octobre 2019 2 min read

author:

Dans le désert, on peut vous entendre crier…

( 2 minutes)

Les desert sessions 11 & 12 sont sorties ce week-end. TGT en profite pour expliquer aux plus distraits d’entre vous pourquoi c’est bien.

A l’origine de ces 12 volumes, un seul homme: Josh Homme. Le leader touche-à-tout charismatique des Queens of the Stone Age, on le sait, aime multiplier les expériences et les collaborations (Kyuss, Them Crooked Vultures, c’est aussi lui).

C’est donc au cours de ces cessions qu’il s’amuse à inviter des potes dans le studio californien de Rancho De La Luna à Joshua Tree, et improviser. Les volumes précédents nous avaient permis de découvrir des featurings électrisants pendant lesquels Brant Bjork, PJ Harvey, Troy Van Leeuwen, Jeordie White, David Catching, Nick Oliveri, ou Mark Lanegan, entre autres, venaient jammer.

Certains morceaux finissaient par nourrir les projets majeurs du chanteur guitariste. Une sorte de récréation hyper jouissive, mix-tape camouflée en jam-sessions lumineuses, qui depuis 1997 (date de la première livraison) irrigue les étendues arides californiennes de fleurs de désert fragiles et précieuses.

Au programme des invités cette fois: Billy Gibbons (ZZ Top), Stella Mozgawa (Warpaint), Jake Shears (Scissor Sisters), Mike Kerr (Royal Blood), Carla Azar (Autolux, Jack White), Les Claypool (Primus et surtout The Claypool Lennon Delirium), Matt Sweeney, Matt Berry (What We Do in the Shadows, Toast of London), Libby Grace et Töôrnst Hülpft.

A Ecouter là sur Spotify:

Ou sur la pochette de l’album si vous voulez l’écouter sur Deezer:

Vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.